09 mars 2017

Les mécanos de Vénus - Joe R. Lansdale

Au Texas, dans les années 90. Hap Collins est un ancien idéaliste des sixties, qui vit maintenant de petits boulots. Son meilleur pote Leonard Pine est un ancien du Vietnam, noir, homo, et élève des chiens derrière sa maison au bord de la rivière. Voilà que débarque Trudy, l'ex. de Hap, qui lui propose un plan compliqué où il s'agit de récupérer, pour la bonne cause, le butin d'un braquage au fond de la rivière, là-bas, dans les marécages. Hap embarque Leonard dans l'affaire... qui va bien sûr se révéler foireuse.
On aura donc des idéalistes qui ont vieilli, des baraques pourries, des vannes bien senties, des gangsters, des vannes marrantes, un paquet de pognon et des coups de feu (et des vannes). L'écriture (plutôt chouette) en plus, ce sera comme lire le compte-rendu d'une partie de Fiasco.
Derrière son scénario assez simple, le roman porte aussi toute une nostalgie des sixties, du temps qui passe et de la perte des idéaux. Pas un grand roman, mais on est content de passer un bon moment avec Hap et Leonard.

08 mars 2017

Concert Stravinsky, Gruber, Haydn à l'OCL

Weilerstein
Je ne chronique pas ici de concerts, principalement parce que nous en écoutons assez peu, mais aussi parce qu'il est difficile pour moi de parler de musique. 

Hier soir, nous sommes allés écouter l'orchestre de chambre de Lausanne, dirigé par Joshua Weilerstein. J'avais déjà eu l'occasion d'écouter un concerto pour piano de Schumann dirigé par le même et j'avais beaucoup aimé (la musique très étrange de Robert Schumann fait partie de nos plaisir secrets).
Weilerstein est un jeune chef d'orchestre, très expressif, amusant, qui parle au public et propose des œuvres intéressantes, s'efforçant notamment, à chaque concert, de faire jouer un compositeur vivant plutôt que de n'exécuter que des compositeurs morts.
L'OCL est un ensemble musical très sérieux et solide, avec un son et une qualité de jeu tout à fait remarquable. Tout était donc en place pour un bon concert, et nous n'avons pas été déçus.

Au programme : 
la suite Pulcinella, de Stravisnsky.
Avec Schumann, un de mes autres plaisirs secrets est de voir exécuter de la musique du début du XXème siècle, parce que les compositeurs de l'époque jouent souvent sur les ruptures et les surprises sonores et instrumentales (là, ça se voit que je n'y connais rien ?). Pulcinella est une reprise/variation/pastiche de sonates attribuées à Pergolesi, donc une sorte de reprise joyeuse et pleine de ruptures d'une forme de musique baroque. Ca paraît sophistiqué dit comme ça, mais c'est brillant, drôle et très stimulant à écouter. J'ai adoré.
Frankenstein !! de HK Gruber
Gruber est un compositeur/chansonnier autrichien contemporain. Cette pièce étrange, pendant laquelle le compositeur lui-même chante et dit de curieuses petites comptines enfantines, est pleine aussi de blagues, de reprises et de surprises. On y entend bien sûr l'orchestre classique, mais aussi des instruments jouets genre mélodica, des kazous, des sacs en papier... La musique balance entre le symphonique, le music-hall et les thèmes de la culture populaire (Superman, James Bond...). C'est à la fois caustique, grotesque, saugrenu et complexe, dans une ambiance de cabaret allemand des années 20 (l'accent de Gruber y invite un peu). Un peu déroutant pour moi, mais j'y ai pris du plaisir.

Gruber

La symphonie n°100, "militaire", de Joseph Haydn
Le retour à de la musique classique "classique" aurait pu être déroutant après les deux oeuvres précédentes. Mais, et c'est là toute la qualité de ce programme, la mise en relation de ce morceau avec les deux précédents montre combien Haydn a su aussi jouer sur les ruptures et la surprise (par les silences du 4ème mouvement ou la remarquable fin du 2ème mouvement, avec solo de trompette et percussions) pour secouer l'attention de l'auditeur qui croirait écouter une musique faussement facile. Mon seul regret ? Que cette symphonie n'ait pas été plus longue.

Les musiciens de l'OCL.


L'orchestre a offert en bonus quelques mesures d'une pièce de Bartók qui sera exécutée en juin. Ca donne envie !



07 mars 2017

Lord Peter et le Bellona club - Dorothy Sayers


Londres, 1928. Un club anglais, fréquenté par des anciens militaires. C'est le jour de l'armistice du 11 novembre, on bavarde dans les salons, la bibliothèque... On arbore une fleur à la boutonnière. Les anciens combattants sont tous là, mêlés aux habitués des lieux. Et soudain, dès la fin du premier chapitre, on découvre que le vieux général assis dans son fauteuil depuis ce matin, en train de lire son journal... est mort. Une question deviendra vite cruciale : quand est-il mort ?

J'ai beaucoup de plaisir à rendre compte de nos lectures de la série des enquêtes de Lord Peter, car chacun de ces romans a son propre intérêt littéraire. Dorothy Sayers ne déroule pas une recette, mais tente plutôt, à chaque aventure de son héros, d'explorer une facette de l'histoire de détective. Ici, on est dans le roman à énigmes "classique", qui joue explicitement avec les attentes et les déductions du lecteur. L'intrigue est très habile, joliment tournée, d'autant que Mrs Sayers nous propose ici un roman en deux parties distinctes, chacune ayant sa propre énigme, joli tour de force (les deux énigmes ayant chacune leur charme).
Une nouvelle fois, les personnages sont remarquablement campés. Et si Lord Peter est un héros gracieux et féérique, les autres se débattent dans une réalité socialement cruelle, qu'il s'agisse d'un médecin militaire ou d'anciens officiers vivotant de leurs pensions, d'un ancien combattant ravagé par le stress post traumatique (le portrait de ce couple où seule la femme travaille est très touchant, notamment par le portrait en creux de l'épouse), ou de jeunes femmes laides mais ne se voulant pas condamnées à la misère sexuelle.
Dorothy Sayers réussit remarquablement les dialogues (le roman en est presque uniquement constitué) et si le récit est amusant, le portrait social est comme toujours très bien vu.
Bref, on adore.

Note : Je mets ici la couverture anglais (même si nous l'avons lu en français) car le titre original, tout en understatement, est un délice.