03 décembre 2016

The Expanse

J'ai enfin fini de regarder les dix épisodes de The Expanse



The Expanse est une série de science-fiction, située au 23ème siècle, alors que l'Humanité a colonisé le système solaire. Les personnages en sont attachants (un équipage sans attaches, un détective privé de la ceinture d'astéroïde...) et plutôt bien écrits même si les acteurs, comme c'est souvent le cas dans ce genre de production, les jouent de manière assez plate (une manière de voir si un personnage a de l'importance, c'est de compter son nombre de visages. Une expression: personnage mineur. Deux expressions: personnage moyen. Trois expressions: personnage majeur). Le scénario est à base de guerre froide entre la Terre et Mars, de bio-machins et de nano-trucs, sur fond d'émancipation des Belters, cette population plus ou moins exploitée vivant sur les asteroïdes et alimentant les autres en ressources.


Je ne crache pas dans la soupe: l'histoire est bien menée, est intéressante, a du rythme. Le scénario a remarquablement peu de graisse – j'entends de scènes de remplissage. Les personnages sont bien écrits, ont des réactions intelligentes et on se prend d'affection pour eux. La dimension politico-sociale de l'histoire est bien traitée. Le groupe de héros est un vrai groupe de PJs, incarnés par des joueurs pas trop lourds (les rôlistes comprendra là que je fais un compliment aux scénaristes).

 
La principale qualité de cette série, toutefois, n'est pas là: elle est dans la manière dont elle met en scène son univers, un des plus crédibles que j'ai vus depuis longtemps. La SF spatiale de The Expanse est à la fois impressionnante et un peu sale, les machines sont plus ou moins fiables, on imagine très bien la vie quotidienne à bord. Les conflits sociaux sont présents, les scandales sanitaires, les problèmes d'argent, les formes de société novatrices... (quelque part, cette série est l'héritière du premier "Alien", avec son vaisseau crado et ses prolos de l'espaaaace) 



Les petits objets de la vie de tous les jours (je pense aux "comm" qui servent de smartphones) sont très bien imaginés. Sur ce point, on se régale, on fait attention aux mille petits trucs "qui font vrai", comme les déformations physiques des Belters, les sièges anti-G, etc., etc.
Et moi, quand on arrive à me faire croire à la fiction, et à la science-fiction, j'applaudis des deux mains en apesanteur.  (et puis tiens, je vais me faire offrir les bouquins)


Remember the Cant !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire