23 août 2016

Lupus – Frederik Peeters

Tony et Lupus sont en vadrouille dans un vaisseau qui va de planète en planète. Ils cherchent les plus belles parties de pêche, les meilleurs fournisseurs de drogues. Ils n'ont pas d'autre but dans la vie.… Jusqu'à ce qu'il rencontre Saana. Une fille, une fugueuse, avec ses grands yeux exaspérants et sa fausse innocence... et les choses vont mal tourner.





Je commence par ce que j'ai aimé dans cette série : la qualité des dessins, la finesse des relations entre les personnages, la capacité à rendre compréhensible ce qui ne se dit pas, les contradictions, les maladresses, les hésitations. Lupus, Saana, Tony et les autres intervenants de cette courte série sont attachants et justes. La narration  lente ménage de grands espaces de respiration et de rêverie très agréables, et les planches sont souvent belles.


Mais, au delà de l'usage très décoratif de la science-fiction galactique (assez valerianesque, au fond, utilisée surtout pour son potentiel poétique), cette histoire de trentenaire en cavale qui cherche un but à sa vie et à comprendre ce qui l'a chassé loin de ses parents ne m'a pas vraiment intéressée.
Ça pourrait faire un bon film français.

Je ne rejoins donc pas tellement l'avis de l'ami Benoît, que j'encourage à se procurer le Bifrost spécial bandes dessinées de science-fiction pour trouver quelques idées de lectures !


19 août 2016

The life aquatic with Steve Zissou – Wes Anderson

Ca doit être le point commun entre les livres de SF et les films de Wes Anderson : il faut commencer par expliquer l'univers avant de pouvoir raconter l'histoire.
Ici, donc, un océanographe mondialement célèbre avec un bonnet rouge, inspiré du commandant Cousteau : Steve Zissou. Il navigue sur les océans de la planète avec son fidèle équipage (tous porteurs de bonnets rouges) sur son navire, le Belafonte, filme les merveilles du monde aquatique, publie un magazine (the life aquatic), entretient un club d'explorateurs nautiques auquel s'inscrivent les enfants et vit une rivalité scientifico-médiatico-amoureuse avec le commandant Hennessy et son "expédition Hennessy".




C'est un petit monde andersonnien, complètement barré (avec le cameraman hindou à turban, la script girl suédoise aux seins nus, les stagiaires sans nom...) dirigé par un mégalomane à la petite semaine qui ne cesse de se mettre en scène depuis des dizaines d'années.
Mais voilà que, alors que Steve Zissou essaie de lancer sa prochaine campagne, à la poursuite du requin-jaguar, un jeune homme débarque qui dit être son fils...


 Derrière le récit loufoque, enlevé et très drôle, derrière l'univers en boîte avec ses petits personnages vivant des aventures pleines de rebondissements, Life aquatic est un film mélancolique, qui parle de paternité, d'occasions manquées, de choix de vie foireux. Mais aussi de rêve et de poésie (toute la partie aquatique du film est complètement fantaisiste, réalisée en animation image par image, colorée et poétique), de gens créant des mondes pour en faire rêver d'autres...
Enfin, le personnage de Steve Zissou ne se contente pas d'être un imbécile fat et mélancolique. Le récit, parfois cruel, lui donnera l'occasion, malgré l'âge et la pesanteur de la mémoire, d'évoluer et se transformer. Cette partie-là du film est celle qui m'a le plus ému, dans un film riche en séquences magnifiques. 
(mention spéciale à la B.O., pleine de chansons de David Bowie... adaptées.)



Twelve years old... That was my favorite age.

13 août 2016

Thing explainer – Randall Munroe

Le concept de ce livre est simple : de belles planches, façon blueprint, représentant le fonctionnement de divers systèmes : la station spatiale internationale, la subduction océanique, le soleil, un lave-vaisselle... le tout sans ordre particulier que le plaisir de parcourir ce qui nous entoure.



Le but de l'auteur ? Nous faire comprendre comment marchent tous ces systèmes. Ce qu'ils font.
Et pour ça, afin de ne pas pouvoir se réfugier derrière de grands mots ou des concepts sophistiqués, Munroe a sélectionné les mille mots les plus courants de la langue anglaise, et s'est limité à ces mots-là pour écrire, faisant du livre un nid de périphrases et de trouvailles poétiques.
Les planches sont pleines de détails, de petites plaisanteries cachées ici ou là, de notes rêveuses et drôles, dans l'esprit de xkcd. J'ai été ému d'apprendre pourquoi la vision de n'importe quel pont rend Munroe si heureux.



J'aurais aimé lire ce livre quand j'étais enfant, je l'ai dévoré aujourd'hui.


11 août 2016

Angry indian goddesses – Pan Nalin

Quand on a regardé la liste des films qui passait au cinéma le plus proche, on a dû penser quelque chose comme "tiens, un film indien, avec un message féministe et de jolies couleurs, ça nous changera."
Les cinq premières minutes qui présentent les personnages sont pêchues et amusantes, le reste est une immense pub pour (ceux qui vendent des téléphones avec une pomme dessus) : image de clip publicitaire, défense de l'ouverture, liberté individuelle, vie à la coule,  fête joyeuse, bons sentiments. Et ça se termine par une apologie dégueulasse de la vengeance. Le féminisme ne méritait pas ça.


10 août 2016

Groenland Manhattan - Chloé Cruchaudet

Arctique, début du 20ème siècle. L'explorateur américain Robert Peary ramène de son expédition, en plus d'une météorite, une petite famille inuite. La relation de l'explorateur avec les peuples du Nord est ambiguë: mélange d'admiration pour leurs techniques, d'une forme d'amitiés et de supériorité occidentale. Ces "sauvages" qu'il ramène sont aussi des trophées vivants de son expédition. Et quand ils tombent malades et que ne reste plus d'eux qu'un petit garçon, Minik, le grand explorateur réagit assez peu...

Ce livre délicat raconte la vie de l'enfant et imagine comment le jeune garçon perçoit l'Amérique des années 1900, les vêtements doux, les bains chauds, le parc d'attraction de Coney Island. A travers lui, on va suivre le point de vue inuit sur sur la conquête absurde du pôle, la découverte des pratiques "scientifiques" du museum, le choc du retour dans le monde glacé du Groenland.

Le livre est sobre et sans pathos, avec un dessin très créatif, capable de transmettre la délicatesse de la perception par un enfant de ces changements de mondes. Une belle réussite.



09 août 2016

Le cercle de Farthing - Jo Walton

Années 50, dans un manoir anglais. Un noble est assassiné juste avant la messe, durant un week-end passé par quelques membres éminents de la société londonienne. Lucy Kahn, née Eversley, assiste à tout cela avec candeur. Heureusement Scotland Yard arrive, sous la forme du compétent Carmichael et son adjoint, le sergent Royston, et à force d'interrogatoires subtils, d'enquêtes et de rebondissements, ils finiront par découvrir la vérité sur le meurtre.

Le cercle de Farthing a le goût des romans policiers anglais classiques, d'Agatha Christie à John Dickson Carr : meurtre compliqué, bonne société, policiers polis. C'est aussi confortable qu'une bonne tasse de thé accompagnée de scones, prise devant le feu un dimanche de novembre après avoir ramassé des feuilles mortes tout l'après-midi. Mais assez vite, et c'est là tout le talent du roman, le thé prend un goût amer. Le réalisme social n'est jamais très loin et surtout l'histoire se situe durant des années cinquante alternatives où le Royaume Uni n'a pas continué la guerre, ayant signé la paix avec l'Allemagne en 1941. L'Europe est toujours sous le joug nazi, les Juifs sont menacés même en Angleterre et justement la jeune Lucy a épousé un Juif... et une étoile jaune a été retrouvée sur le mort.

L'art de Jo Walton réside dans cette infusion dans une forme habituelle, élégante et confortable d'un trait de plus en plus fort de peur et d'amertume. Le Cercle de Farthing est une jolie réussite.

Aucune fanfare ni aucune grosse caisse ne peut transformer le God Save the King en bonne musique, mais les rares fois où on le joue dans sa totalité, ces deux vers seuls lui donnent un peu de vie.
A bas leur politique,
Déjouez leurs ruses de fripons !
En fait, j'ai toujours supposé que si l'on saute habituellement ce second couplet, c'est parce que les tories soupçonnent vaguement que ces vers parlent d'eux.
(George Orwell, cité en exergue)

08 août 2016

Cthulhu Invictus – Kith and Kine

Suite des aventures de nos investigateurs de la Rome antique (voir ce billet et les précédents pour tout comprendre). En fait, le terme investigateurs est plutôt inapproprié, puisque nos héros n’ont pas tellement d’autre vocation que de vivre leur vie de Romains bien éduqués. Et malheureusement leur vie à eux implique de se trouver parfois confrontés à des cultes dangereux, voire aux entités qui se cachent derrière... 

Un peu de temps a passé. Notre Flavia a donné un deuxième fils à son mari, ce qui conforte sa place dans la famille Armilii. Malheureusement, ce clan est actuellement en disgrâce. L’empereur Domitien a l’exil facile, quand ce n’est pas l'exécution. Armilius devrait donc se retrouver content de n’être que relégué dans sa ferme sicilienne. Et si lui s’en accommode, ce n’est pas le cas de la belle Flavia qui déteste s’ennuyer dans ce trou perdu, loin des joies de la Ville : courses de chevaux, acteurs, musiciens, nourriture et produits raffinés… (sans compter un certain sénateur qui lui fait les yeux doux)

Donc, quand Flavius Varro, bien introduit au Palatin, vient jusqu’en Sicile proposer un plan tordu aux Armilii, Flavia soutient fermement l’idée que son mari puisse reprendre du service pour le compte de la maison impériale. Même si ce service impose de se rendre jusqu’en Brittania… et qu’il tient à partir accompagné de sa femme.

Brittania, vue depuis Rome : c’est loin, c’est mouillé, froid. On y maintient un gros paquet de légions parce que le coin est carrément agité, plein de Celtes qui digèrent mal d’avoir été envahis. Mais la Brittania, c’est aussi : des mines de métaux, du bois, de la laine, des esclaves en quantité. 
Londinium

Armilius accepte. Il appartient à un corps spécifique de prêtres de Jupiter chargés de déclarer la guerre ou la paix aux voisins de la République. Il y a longtemps, ces rites impliquaient de se rendre aux frontières jeter un javelot rituel vers les terres ennemies. On ne le fait plus depuis que la République a étendu son dominion loin de l’Italie, mais l’empereur semble avoir renoué avec l’idée… Et veut envoyer Armilius là-bas, vers la Calédonie, où les Pictes semblent avoir déclaré la guerre à leurs voisins, et où, selon des rapports secrets, des évènements mystérieux et inquiétants se seraient produits (comme la disparition de la garnison toute entière d’un camp fortifié…)
Par ailleurs, toujours en Bretagne, un des municipes de la ville d’Aquae Sullis rapporte que près des mines d’argent de Fons Argentii, la tribu des Norduvix s’agite et que le gouverneur local, Flavius Nectoprastus, ne fait rien... 
Les bains d'Aquae Sulis (actuel Bath)

Le lecteur qui aura suivi jusque là cet exposé aura reconnu le début du pitch du scénario Kith & Kine, toujours extrait de De Horrore Cosmico. On verra qu’après avoir repris les lieux, le cadre et la situation d’origine, nous avons déroulé les évènements tout à fait différemment du récit proposé. Si votre MJ a l'intention de vous faire jouer ce scénario un jour, ne lisez pas plus loin, quelques spoilers pouvant apparaître ici ou là dans la suite !

Après un long voyage suivant le cursus publicus, les Armilii avec esclaves, serviteur, etc, arrivent enfin à Fons Argentii, au début de l’hiver. Neige, inconfort d’un pays dont le luxe romain est presque absent (sauf aux très beaux thermes d’Aquae Sullis), accueil ambigu d’un gouverneur (Nectoprastus) et de sa femme Dwywyd, Dividia en latin, princesse celte romanisée par l’éducation mais pas par l’esprit.

Nos héros ne tardent pas à découvrir ce qui se trame dans les souterrains de l’oppidum et le curieux arrangement qui lie le clan des Ap’Tirelen (Autirellani en latin) et celui des Norduvix. Leurs explorations de la région, en compagnie d’un prince celte en exil (Gavin Ap’Finn, tout droit inspiré du Turlogh O’Brien de Robert Howard) qui deviendra ami avec Germanicus les amènent à se rendre compte que la révolte des Norduvix est appuyée par une étrange alliance avec les Hommes-Serpents, peuplade souterraine pré-humaine dégénérée. (j’ai remplacé les Migo que je n’ai jamais trop aimés, par des gens ayant le même rôle). Pendant ce temps, Dividia montre à Flavia ses « cousins » vivant dans la forêt, des Fomorien, les arbres qui marchent… (se référer au récit « les furies de Boras » par Anders Fager pour avoir une idée de ceux-ci)

La situation instable finit par dégénérer. Les Hommes-Serpents s’infiltrent dans la fortresse des Tirelen et enlèvent Nectoprastus, puis manquent de tuer Armilius, remis sur pied heureusement par le terrifiant cuisinier de la maison et son régime spécial à base de (chut). La guerre éclate entre les deux clans, et Gavin Ap’Finn, ignorant des manigances des Tirelen, monte une opération d’infiltration dans le tumulus des Norduvix pour massacrer ce qui rampe et qui siffle, par pure haine de race. 

Une bataille éclate, les Norduvix pouilleux jettent toutes leurs forces contre les Tirelen équipés d’armes romaines et moins nombreux. Ces derniers manquent d’être battus mais, en lisière du champ de bataille, la forêt se met en marche (hello Macbeth, salut huorns ou autres sombres rejetons…) et les pauvres révoltés pris de terreur se jettent dans les filets tendus par les Tirelen qui les réduisent en esclavage.

Un homme serpent finira par remplacer Vannus, le chef de guerre Tirelen et propre frère de Dividia et il faudra l’aide de nos amis pour qu’il soit éliminé. Quand le gouverneur romain de Londinium finit enfin par envoyer la légion, à la fin de l’hiver et à l’appel d’Armilius, cette révolte locale est finie. Mais nos héros ont appris qu’une volonté puissante et souterraine semblait être en train de dresser d’autres tribus celtes contre le pouvoir romain. Craindrait-on une seconde révolte de Boudicca ?

Ayant détesté son séjour en Bretagne, Flavia se paye en esclaves sur les Norduvix vaincus ($$$, elle connaît à Massilia un certaine Asina qui achète un certain type d'esclaves pour les vendre en Afrique), puis se décide à rentrer à Rome, non sans avoir adhéré à une société de Filles de la Dame Noire, groupe de femmes liées à Cybèle disposant d’une certaine recette particulière produite justement chez les Tirelen qui donne à ceux qui la consomment une jeunesse et une force très prolongées...

Pendant ce temps, son mari, accompagné de Germanicus, part vers le nord et la Calédonie, où grondent des rumeurs de guerre contre les Pictes des terres basses. La Bretagne n’a pas fini de saigner !