20 février 2019

How to train your dragon, the hidden world – Dean DeBlois

Je ne suis à la base pas très amateur de cette franchise. Dragons, vikings, humour gentil, pas trop ma came.
Nous sommes allés voir ce troisième et dernier film (dernier, c'est assumé !) avec les enfants et il m'a bien plu. Il y a toujours le même kitch que les autres, certains éléments scénaristiques ne marchent pas du tout, mais les aventures de cette bande de gentils héros pas très fins et rigolos m'ont émues quand même. Les dragons y apparaissent comme une figure métaphorique pleine de sens et bien tenue, la coming-of-age story est juste. C'est une histoire d'amour et de renoncement qui porte des émotions justes et fortes. Et la scène de danse aérienne entre les deux dragons est de toute beauté (c'était chouette de la voir au cinéma sur un très grand écran).
Le récit comprend quelques moments poétiques, des scènes d'infiltration improbables, des blagues bien trouvées, portées par des personnages ayant une vraie cohérence. L'humour est au premier degré, sans moqueries ni références faciles.


Les enfants ont adoré et leurs parents on eu du plaisir à voir le film.


19 février 2019

The lego movie 2, the second part – Mike Mitchell et Trisha Gum

Avoir temporairement un cinéma près de chez soi permet d'aller voir des trucs qu'on ne serait pas allés voir autrement. Et on aurait eu raison. Les animateurs se sont amusés, quelques chansons absurdes ont été composées et l'humour repose sur quelques punchlines et plein de références. L'histoire, malheureusement, est faussement fine : deux mondes s'affrontent, qui ne se comprennent pas, mais nous on les comprend et on en comprend très vite la nature, ce qui permet de voir arriver la fin à des kilomètres.
Je n'accroche pas à cette méta-culture qui repose sur une pile instable de pièces de légo et de films que "tout le monde" à vu ("look ! he's back-to-the-futuring !"). Ca fait rire, puis il n'en reste rien. Les personnages n'ont pas beaucoup de consistance.



(Rosa, 11 ans, a eu du mal à accrocher, notamment parce que la plupart des références visant les grands-ados et adultes lui échappaient)

(Mais j'aime bien le personnage de Rex, avec ses guitares électriques et ses dinosaures)

07 février 2019

Le nouveau nom – Elena Ferrante

Deuxième partie (sur quatre) de l'amie prodigieuse. Ca parle adolescence, mariage précoce, vacances à la mer, sexualité, amour, sujétion économique, études au lycée et à l'université... C'est toujours aussi bien raconté et toujours aussi passionnant. Re-10 heures d'écoute qui sont passées très vite et très simplement. Peut-être que, quand j'aurai écouté le quatrième, je trouverai un truc intelligent et particulier à en dire autre que : "oui, votre maman a aimé lire ça, mais elle a raison, parce ce que c'est très bon."

05 février 2019

L'amie prodigieuse – Elena Ferrante


Elena Greco, dite Lenu, grandit dans un quartier pauvre de Naples durant les années 50. Sa meilleure amie, Lila, est sensible, brillante, arrogante, inadaptée. Ce roman raconte leur enfance et leur adolescence, entre les familles pauvres et brutales, la jalousie, la rivalité, le combat pour la réussite scolaire, jusqu'au mariage de Lila.
Ce roman (en fait, ce livre n'en est que la première partie sur quatre) est un best-seller mondial et c'est plutôt mérité. Le récit très lent, très détaillé, explore tout des sentiments et des mouvements du coeur de ses héroïnes, le couple Elena/Lila. C'est un livre qui parle des femmes, de leur rôle, de leur place, de l'éducation, des ambitions, de l'amitié pour quelqu'un de plus brillant que soit, de l'envie d'ascension sociale, de la naissance, en Italie, de notre société capitaliste, de l'apprentissage politique, de la sortie de la misère... Les thèmes sont nombreux et tous intéressants.
Moi qui déteste les récits longs de feuilletonants, je me suis laissé prendre à écouter (oui, je l'ai découvert en livre audio) 10h30 de récit hyper-détaillé, où les choses ne se passent jamais exactement comment les personnages se le figurent ou se l'imaginent. Le travail de romancière est remarquable, c'est du très très beau travail. Roman réaliste, social, féministe, difficile à lâcher, même pour un adepte comme moi des textes courts. C'est un travail magnifique et notamment (mais pas seulement !) un très bon roman pour écrivains.
Ecouté via l'année en non-mixité (et j'en ai encore pour un moment...)

04 février 2019

Mary, Queen of Scots – Josie Rourke




Au BH2 Odeon, magnifique multiplexe tout neuf de Bournemouth (UK) nous avons vu dans d'excellentes conditions un film historique en costumes, sur la rivalité-proximité entre Mary Stuart et Elizabeth Ière.
Disons-le tout de suite, ce n'est pas bon. Récit sans enjeu, sans grandes idées, à l'historicité sans doute sujette à caution (mais je m'en moque), avec des financements de l'office du tourisme écossais (oooh, les beaux paysages).
Alors plutôt que de me laisser captiver, j'ai profité de l'excellente condition de diffusion pour regarder en quoi le film suivait l'air du temps. Réalisé par une femme, il approche les personnages par le biais d'une sensibilité féminine - ok - très contemporaine - moins ok : je ne pense pas que ces femmes étaient en vérité aussi nombrilo-centrée qu'on nous les dépeint. D'ailleurs, à part les femmes de pouvoir, de femmes on n'en voit pas tellement dans ce récit. Quelques belles tronches de mecs, qui me faisaient penser à mes copains qui font du GN et de la reconstit' : beaux costumes histo posé sur des humains du XXIème siècle aux bonnes dents et à l'air en bonne santé. Sauf peut-être le frère de l'héroïne avec sa belle barbe... Je me suis aussi demandé en quoi l'esthétique de ce film devait à celle, gritty-fantasy, de GoT. Des types en noir, des armes qui claquent, quelques trucideries un peu cracra, (peu de) scènes de sexe un peu crues. Bon.
J'ai bien aimé la scène avec le poulain, celle de l'accouchement, celles avec le bébé. Saorise Ronan tient joliment le rôle avec son visage très étrange. J'ai mis du temps à reconnaître la petite employée de pâtisserie du Grand Budapest Hotel. Le personnage du musicien inverti est joliment troussé.
Moralité, j'ai eu envie de revoir le film Elizabeth the virgin queen, avec Cate Blanchett, dont j'avais aimé à l'époque l'approche baroque et un peu bancale, mais je me demande si je marcherais. Le spectateur de maintenant est un peu trop blasé, peut-être même Cate, que j'admire, ne parviendrait plus à me convaincre.
Envie aussi de relire Gloriana, tiens. Et de jouer de nouveau dans ce beau et sanglant 16ème siècle.

03 février 2019

Le cantique de l'apocalypse joyeuse – Arto Paasilinna

Ce roman post-apocalyptique est une de mes lectures préférées de l'année passée, merci à l'amie qui me l'a offert et qui se reconnaîtra. Ca se passe en Finlande, tout au nord de la Finlande, pas bien loin de la mer blanche, au bord du lac d’Ukonjärvi. Là-bas, un vieux communiste mourant a demandé à ses héritiers (pas spécialement croyants) de bâtir une église. Alors, comme ce sont des gens organisés et honnêtes, et bien ils bâtissent une église, autour de laquelle se rassemble un groupe d'écolos, de paysans et de gens plus ou moins branque. Puis arrive la fin du monde, et nos habitants continuent leur vie (non sans changements) à travers les temps de chaos et de guerre nucléaire, avec une sorte d'obstination et de bon sens sympathiquement borné.

Ce roman m'a fait penser un peu à l'homme qui savait la langue des serpents (ça se passe un peu dans le même coin), à cause de son humour très particulier, du regard caustique et tendre posé sur les gens et du grand sérieux avec lequel le récit est traité. 
C'est un livre dans lequel on se sent bien, malgré son sujet pénible. Une lecture joyeuse, un peu folle, étrange, paradoxale. Un très grand livre.



02 février 2019

A nos chevaux – Dominique Manotti

Une autre enquête du commissaire Daquin, le flic homo et hédoniste dont on a fait la connaissance dans Sombre Sentier et Or Noir. 
Une bonne enquête policière qui commence par l’assassinat d’un flic, passe par une certaine ville des hauts de Seine, décrit un club de foot qui pourrait être le PSG en pleine ascension et montre des magouilles dans le domaine de courses de chevaux.
L’histoire est bien, bien menée, très nerveuse. Comme toujours chez Manotti, l’analyse politico-économique est super et, dans celui-ci, les personnages sont réussis (notamment le flic breton amateur de chevaux). Plusieurs scènes (l’infiltration des jeunes flics dans une fête à la coke, l’interception de la cargaison de drogue, le fils à papa en garde à vue…) sont bien envoyées et impressionnantes.

A part ça, le policier européen qui décrit ce qu’il mange, c’est un trope ? (Carvalho, Montalbano, Daquin… dans l’ordre décroissant de l’obsession pour la bouffe). 
 
Ah, et une dernière remarque, j'ai toujours trouvé la vanne qui donne son titre à ce livre affreusement vulgaire.