26 avril 2006

Gibson : pattern recognition

J'ai fini hier le dernier Gibson.
Ado, j'avais détesté puis adoré Neuromancien (et ses suites). Ces
livres ouvraient pour moi des portes fulgurantes vers un univers
étrange, pas vraiment compris, avec des des noms étranges. Notre
univers.
Beaucoup plus tard, j'ai lu les nouvelles de Gravé sur Chrome. Une
claque : une vraie écriture, une sensibilité puissante...
Puis rien d'autres.

Pattern recognition (identification des schémas, en langue d'académie)
est une sorte de thriller, plus ou moins contemporain. Je ne résume
pas l'histoire, que tout internaute saura trouver sur son site favori.
Le livre est écrit avec un style bien tranché, tout en restant facile
à lire : on suit facilement l'histoire, je me suis intéressé aux
personnages, j'ai eu envie de lire la suite, j'ai imaginé plein de
choses, de complots, de situations fractales, infiniment compliquées,
ouvrant sur d'autres situations compliquées.
Le titre m'a vraiment bien plu, surtout en voyant comment l'idée du
titre est développée dans diverses situations du roman (le film, la
maman de l'héroïne et ses PEV, la thématique des marques...)

Un peu de spoilers, maintenant. Si vous avez l'intention de lire le
bouquin, stop here! Now!
-----------

En avançant dans le livre, j'étais admiratif sur la manière dont
l'auteur parlait de notre relation à l'information et au sens des
choses. Toutes les idées de marketing présentes dans le livre, le jeu
sur les logos, les marques... Les sons qu'on assemble dans le souffle
des bandes magnétiques, les morceaux de film mis ensemble qui prennent
tel ou tel sens... La manière dont l'esprit construit du sens là où il
n'y en a pas... c'était génial.
Et on sentait bien la complexité du monde, les liens qui relient un
étudiant japonais, un russe de Chypre, une société américaine dans
l'Ohio, un hacker vivant dans une bagnole perché au-dessus d'une
falaise, et les Curtas, et...

et il y a la fin du bouquin. La quête se termine, tout s'explique,
tout est cohérent, happy end, tout ça.
Bon.

Pourquoi suis-je déçu?
L'auteur avait un sujet énorme. Il ouvre des portes sur des idées que
je trouve très belles. Et son intrigue n'en fait rien. Il nous décrit
avec talent un monde complexe. Et tout s'explique, tout devient
simple. Le coup du "milliardaire russe" est vraiment limite. La Russie
comme terre des possibles et terre d'imagination pour un auteur,
pourquoi pas? Mais là, ça ne marche pas.
Et s'il y avait eu une ouverture SF, au livre? Une conscience dans le
film? Une conspiration de filmeux dans la conspiration? Un élan vers
les étoiles, vers l'amour, vers une nouvelle forme de communication
entre les hommes, que sais-je?
Malgré des moments très excitants, le livre manque totalement
d'émerveillement, de ces situations étranges (stations spatiales,
hôtels cercueils, plongées dans le cyberspace) qui faisaient pour moi
le charme des livres précédents de l'auteur. Il se passe dans notre
monde, avec tout ce qu'il a de déprimant. Avec des grands enfants
égoïstes comme personnages. On s'attend à ce qu'il s'ouvre vers
ailleurs, vers l'humain, vers la vie... Mais non.
Bon, tant pis.
Au moins, ça aura été agréable à lire. Allez, passons à autre chose.

PS : j'hésiterai un peu avant de relire Gibson. Gardons nos bons souvenirs.

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Je suis assez d'accord avec ce que vous écrivez ici sur le Gibson. J'avais écrit quelque chose à son propos, ici, si cela vous intéresse : http://findepartie.hautetfort.com/archive/2005/05/05/identification_des_schemas_de_william_gibson_roman-miroir.html
    Bien à vous.
    Olivier

    RépondreSupprimer