23 novembre 2017

few of us - luvan

Voici une quinzaine de textes de luvan, autrice qui ne traîne pas trop sur les sentiers battus. few of us a paru chez dystopia et forme donc un très joli livre à la couverture sanglante, serré et dense dans son texte comme dans son apparence. On le trimballe dans sa poche comme un bijou.
Cette quinzaine de récits relèvent plutôt de la science-fiction : bunkers post-apo, communautés d'après la montée des eaux, apparitions de forme biologiques bizarres, fusées partant vers l'ailleurs, soldats de guerres perdues, astéroïdes à la dérive. On lorgne fort vers le post-exotisme. Ca ne se suit pas, ce n'est pas vraiment cohérent, sinon par l'esthétique: déglingue, souvenirs, migrants, paumés. Parfois on aura une histoire, parfois un simple dialogue radio (très drôle), parfois une situation.
luvan nous sert des textes très serrés, avec tout un contexte, des personnages, des conflits, rassemblés dans quelques poignées de pages. L'écriture est poétique, riche en images & allusions. Quand ça marche sur moi (comme dans extraction, Mahrem, par exemple - il y en a d'autres), l'effet est très fort. Quand ça ne marche pas, je reste en dehors.  Je conseille le mélange aux amateurs de drogues littéraires fortement dosées et un peu râpeuses.

21 novembre 2017

Les petites victoires - Yvon Roy

Les jeunes parents sont heureux : un petit garçon leur est né, Olivier, un bébé qui fait toute leur joie. Jusqu'à ce qu'ils se rendent compte qu'à 18 mois il n'a pas prononcé un seul mot. Les examens sont formels, Olivier est autiste; son développement est gravement handicapé. Le couple se sépare dans la douleur.


Souvent, dans ce genre d'histoire, le père s'enfuit et laisse la mère assumer toute seule la charge de l'enfant. Mais dans cette histoire, ce n'est pas le cas. Malgré la séparation, les parents restent unis dans leur lutte contre la souffrance de leur fils. Et le père invente ses propres moyens et techniques pour aider son petit garçon. L’autisme est encore peu connu. Je me dis qu’en observant mon fils, j’en saurai plus que quiconque sur son autisme à lui. Le récit de son parcours est passionnant.
Les petites victoires est un beau livre, dessiné dans un style très réussi, qui parle autant de l'autisme et des manières d'y faire face que de questions que tous les parents se posent un jour sur l'éducation d'un enfant.

Enfin, et ce n'est la moindre qualité du livre, Rosa (10 ans) et Marguerite (9 ans) l'ont pris et lu avec passion, passionnées par cette histoire de relation parents-enfants dans laquelle elles ont peut-être retrouvé quelque chose de leur propre vie.


20 novembre 2017

Kif - Laurent Chalumeau

On a donc Georges Clounet, CRS tout juste retraité, qui n'a pas de chance avec son nom et qui arrive sur la côte d'Azur où il se retrouve propriétaire un peu malgré lui d'une boîte de nuit, le KIF. Il y a Hassan, qui traîne avec des néo-convertis islamistes qu'il impressionne en leur expliquant qu'il a été djihadiste (ce qui n'est pas faux, mais pas entièrement vrai non plus). Il y a un neveu de Ben Laden qui parle avec l'accent suisse, et aussi une cadre locale du FN qui a des ambitions. Ajoutez à cela un permis de construire pour une mosquée, un défilé de vêtements pour caniches, une poignée de bandits et un sac contenant un million d'euros en billets et 100 et vous avez un superbe scénario pour jouer à Fiasco, ambiance côte d'Azur.
Le plus étonnant, avec ce roman très rigolo, c'est que les situations absurdes et drôles qui se produisent sont toutes crédibles, à leur façon, et ne virent jamais dans le n'importe quoi. On finit par s'attacher à tous ces gens, avec leurs défauts et leur bêtise, leurs ambitions contrariées et leurs plans tordus. Cela tient aussi par le travail de la langue, argotique, déglinguée et drôle qui porte le tout et fait passer en douceur de catastrophe en catastrophe.


Livre lu sur le conseil de Pierre Jourde.

18 novembre 2017

King King théorie - Virginie Despentes

Un essai féministe et punk, vite lu, marrant et qui fait penser.
J'en retiens des considérations intéressantes sur le viol comme trauma indépassable (ou pas) et ce que disent vraiment les films de rape & revenge (en gros, du point de vue masculin, la femme est tellement souillée par le viol - sa virginité étant si précieuse - que seuls des flots de sang peuvent racheter ce crime). Le passage sur la prostitution, ses attraits et la difficulté d'en sortir est réussi également. Despentes se prostituait et publiait en même temps Baise moi (que j'avais acheté à sa sortie) exactement à l'époque où sortait mon premier roman. La mise en perspective de ma propre vie avec la sienne me laisse songeur.

16 novembre 2017

Le bossu – André Hunebelle


Un autre film du dimanche soir en famille : le Bossu, d'après Féval, avec Jeannot Marais et Bourvil. Evacuons ce qui fâche : Jean Marais ne joue pas très bien, l'ensemble est un peu raide et peu crédible, les duels font bling bling et les robes sont empesées, ça a vieilli. Par ailleurs (ce détail vient du roman) la pure jeune fille finit par épouser son père adoptif ce qui est un peu incestueux, non ? (C'est au moins un détournement de mineure par adulte ayant autorité...)
Mais il y a de beaux chevaux, des bagarres, ça sautille, ça cavale, le méchant est très perfide (et bien joué), il y a Bourvil qui tutoie le chevalier de Lagardère, et Jean Marais fait ses cascades tout seul, et qui est très bon quand il est déguisé en bossu (ce qui arrive un peu tard) cachant sa belle gueule sous un maquillage grimaçant. C'est moins enlevé, moins bouffon et moins beau que Cartouche, mais l'ensemble a du charme. Rosa et Marguerite ont bien aimé.




14 novembre 2017

Amahl et les visiteurs du soir – à l'opéra de Lausanne


Notre heureuse expérience de l'an dernier nous a donné envie de retenter le coup: aller voir un autre opéra pour enfants à l'opéra de Lausanne.
Amahl et les visiteurs du soir est un mystère de Noël de Gian Carlo Menotti, compositeur italo-américain du milieu du XXème siècle. Amahl est un jeune berger boiteux vivant dans le dénuement avec sa mère. Une nuit où l'enfant, rêveur, a vu passer une étoile dans le ciel, toquent à sa porte trois visiteurs venus d'Orient...
Le thème catéchétique pouvait laisser craindre, mais le livret est joliment tourné. A partir de cette adoration des mages, l'histoire parle surtout des relations d'un enfant pauvre et de sa mère, avec douceur et humour. On est loin de la causticité des zoocrates, mais les parents de tous âge pourront suivre le récit avec plaisir et curiosité. La partition a de beaux moments (le choeur des mages, la description de l'enfant) et la mise en scène met en valeur les moments comiques (les mages à la porte de la maison, très bilbo-esques) et les moments merveilleux.
Le plus grand plaisir de ce spectacle vient des voix : le très beau trio de basses des mages, la voix claire de Marie Mury dans le rôle d'Amahl et la très belle présence de Marina Viotti dans celui de la mère. Car au-delà du sujet biblique, c'est l'amour maternel avec ses douleurs et ses déchirements qui est au coeur de cette pièce.



Photos (c) Alan Humerose 

 

13 novembre 2017

Jusqu'à la bête – Timothée Demeillers

Ce n'est pas évident de donner envie de lire ce livre et c'est dommage. Essayons pourtant : Erwan travaillait dans un abattoir industriel dans la banlieue d'Angers. On sait très vite qu'il a fait quelque chose de grave puisque nous le rencontrons en prison, à ressasser sa vie d'avant pour tenter de comprendre. Et c'est dans ce ressassement, cette rumination ponctuée sans cesse des clac ! de l'usine que le livre nous fait plonger. L'usine, les carcasses suspendues, le sang, les mouvements répétés, les pauses, le parking de l'usine, clac, clac, clac, les mêmes collègues, les mêmes blagues, la vaches qui roulent des yeux fous, l'imam et le rabbin venus pour les abattages rituels, les clopes, les joints, le boulot à l'usine, en attendant la retraite.
Si la question de la violence faite aux bêtes et, en lien, la violence faite aux hommes, aux ouvriers et ouvrières, vous intéresse, si ce genre d'articles de Mediapart vous parle, lisez ce livre, une plongée douloureuse dans le monde de ce pauvre type, l'usine et tout ce qui tourne autour de l'usine, le HLM de l'enfance, la semaine de vacances annuelles en Vendée, la copine de l'été 2006, le super U, les soirées au bord de l'eau, la maladie, la vie en attendant la retraite, avoir juste deux ans, trois ans tranquilles, on ne demande rien de plus.
J'ai lu jusqu'à la bête cul sec, le livre est une plainte longue et forte, à l'écriture puissante. Ce que vous faites de cette lecture, de cet éclairage cru du monde, de ce texte qui dit avec la précision de la littérature des choses rarement dites, c'est à vous de voir.
Je me demande si l'impression qu'il provoque dure aussi longtemps que l'odeur de l'usine sur le corps d'Erwan.

Une réflexion en passant. Il me paraît évident à la lecture de ce livre que ce qu'il dit est vrai. Par la précision des termes utilisés, par la qualité de la langue, sa capacité à décrire ce que je connais (un HML, un supermarché, une relation humaine...) prouvant qu'elle décrit aussi bien ce que je ne connais pas (la prison et surtout l'usine).  Je n'ai pas cherché à sa voir qui était Timothée Demeillers ni comment il avait fait ce livre. J'ai peut-être eu tort, mais je ne crois pas. Pourquoi ?

(merci à l'ami Léo pour le conseil)

07 novembre 2017

L'île au trésor - Byron Haskin


Nous avons choisi ce film pour notre séance familiale du dimanche soir : production Disney des années 50, adaptation d'une histoire que nous apprécions tous (beaucoup). Le résultat est tout à fait réussi. Le film porte la marque de son époque, de son budget (relativement) réduit, mais la narration est à la fois fidèle à celle du roman, inventive, les personnages sont bien caractérisés et le récit construit une relation très forte et intéressante entre l'enfant (Jim Hawkins) et Long John Silver, très bien interprété, avec force roulements d'yeux et gros rires, par Robert Newton. Tout comme dans le roman de Stevenson, l'histoire tourne autour de ce terrible et sympathique truand, sans doute un des meilleurs personnages de pirates jamais inventé. Sans être un chef d'oeuvre, l'île au trésor produit par Disney (la premier film sans animation produit par Walt) est une adaptation fidèle et soigneuse, avec son lot de joies, de surprises et de terreurs.