17 janvier 2017

Hospitalités - à Vidy

Parler de ce spectacle nécessite un peu de mise en contexte.



Voici comment le théâtre de Vidy le présente :
Massimo Furlan a proposé à la municipalité de La Bastide-Clairence, bourgade du pays basque, d’annoncer l’ouverture d’un centre d’hébergement de migrants en vue de régler le problème des loyers trop élevés dans le village. Ce qui devait être une fiction est devenu réalité.

La lecture du livret nous renseigne un peu plus : un artiste (M. Furlan, donc), monte une "farce" annonçant l'ouverture d'un centre d'hébergement pour migrants dans ce joli village historique. Finalement, après 2015, une association se forme dans le village qui se bouge pour accueillir réellement des migrants sur place, et une famille syrienne est maintenant logée dans le village, l'association faisant de gros efforts pour son intégration. Nous comprenons que le spectacle va nous parler de cette histoire et que les personnes sur scène seront des habitants de la Bastide-Clairence.
Cette histoire me touche naturellement beaucoup, parce qu'elle fait écho à des choses que nous avons vécues dans notre joli petit village historique au pied du jura suisse. Le fait de transformer une expérience politique collective en expérience théâtrale nous parle également: nous avions beaucoup aimé le travail fait par l'ARAVOH dans notre région.


Le spectacle, maintenant.
Dans une première partie, les neuf intervenants, des habitants du village, disent chacun un texte qu'ils ont écrit, face public. Les textes parlent de leur histoire, leur travail, leurs racines, ce qui les lie au lieu. Ces gens sont très beaux, qui parlent courageusement d'eux-mêmes, de leurs histoires: la championne du monde du Fandango, comment on fait une carrière de maire, les migrations des Portugais dans les années 70, la vie dans une famille avec un enfant handicapé, l'éducation pour une fille de paysans basques très pauvres, la twingo rose du grand-père...
C'est beau parce que les gens sont justes, parce qu'ils font apparaître par leurs récits le monde dans lequel ils vivent.
Au bout d'un moment, les récits évoquent (brièvement) l'accueil de la famille syrienne. Les acteurs prennent alors un moment pour échanger avec le public (échange tout à fait artificiel, je n'ai jamais vu ce procédé fonctionner) avant de reprendre leurs discours alternés, moins pour parler d'eux-même que pour évoquer, de manière plus théorique, l'hospitalité et l'accueil de l'autre.

J'ai beaucoup de respect pour les habitants du village qui sont montés sur scène, ont fait un beau travail sur eux-mêmes et évoqué des choses fortes de leurs parcours et de leur vie. Je suis aussi touché par leur engagement local, dont on comprend bien qu'il est aussi un engagement ensemble. Les textes sont bien, l'action est juste, mais cela suffit-il à faire un spectacle ? Je suis ressorti tout chargé d'émotions. Parmi ces émotions, la colère et un vrai malaise.

De "l'intox" (moralement douteuse) sur l'accueil d'un centre de requérants dans le village et de la discussion sur les prix de l'immobilier, il n'a jamais été question. Du "comment" de l'accueil, des discussions sur les conditions matérielles de ce dernier, il n'a jamais été question. C'est dommage parce que c'est à ce moment que les questions politiques (au sens noble : comment agir ensemble, pour nous, pour eux, pour la communauté) auraient pu être évoquées. Je n'ai pas compris à quoi servait ce spectacle : à transmettre une expérience politique ? A évoquer l'accueil des migrants devant un public méfiant ? Mais le public était entièrement acquis, la réflexion politique était absente, rien ne fâchait, rien ne gênait. Le seul personnage en opposition était un "faux" personnage, incarné sur scène par le metteur en scène (ce simple artifice est d'ailleurs assez moche).
D'un point de vue théâtral, l'ensemble était très pauvre. Quelques trucs faciles, une scénographie minimale. D'un point de vue écriture, si les textes ont été travaillés, ils ne construisaient rien ensemble et restaient tout du long juxtaposés.
J'ai l'impression gênante d'avoir vu un spectacle construit en sélectionnant des habitants d'un lieu intéressant et en utilisant leur vie et leur expérience comme matière, pour gagner facilement l'adhésion du spectateur par un jeu d'empathie facile, le tout sans aucun questionnement moral. Comme si tout geste, parce qu'il est "artistique", n'avait plus besoin d'aucune justification.
Quelles sont les conditions permettant la naissance d'un objet pareil, aussi mal fichu, aussi peu honnête ? Quelles politiques culturelles permettent cela ? Quels jeux sociaux d'auto-réconfort, d'aimables justifications ? On l'aura compris, les interrogations suscitées par ce spectacle sont très loin de l'hospitalité et de l'accueil des migrants.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire