20 novembre 2007

Nid de coucou - David Calvo

Gondwanaworld, Gondwanaworld, je chante ton souvenir, ô terre de palmiers, terre d'imaginaire, l'alpha et l'oméga...

La voix murmure dans mes oreilles et moi je glisse dans la nuit, dans mon petit train bien chauffé, sur les plaines blanches qui s'éveillent, au coeur du pays jouet, le bunker du monde. Et je ne suis pas là.
Dans les terres d'avant le temps/d'après le temps, la glace se craquelle, une fissure s'élargit sous mes pieds, plus rien n'est sûr, tout bouge, vit, meurt. David Norville Calvo est parti à la recherche, vaine, du grand coucou dont le cri va manifester l'invisible, faire revivre... quoi, au fait? Le retour vers l'enfance ne peut être qu'un échec, l'explorateur le sait. Les rêves nostalgiques au rythme de cartoons ont changé de ton, brassés qu'ils sont dans la soupe mythique des glaces fondantes du pôle sud. La quête de la Jabule est un témoignage et une prophétie, la révélation douloureuse de qui il est, de qui nous sommes (un peu).
Dans les glaces mouvantes, tout au fond de ce puits qui se nomme parfois David Calvo, il y a...
Peter Pan, Stevenson, des pirates, des îles, Los Angeles, Sinatra, des royaumes de nuages, des bonshommes de neige, les montagnes hallucinées, les murs de Troie, Marseille (et derrière Marseille, les colonnes ioniques des temples engloutis...), et l'île aux enfants, et derrière encore, des formes sans nom, des noms sans formes, douces, molles, fourreuses, chaudes...
Et tout derrière, un adulte parfois lucide, cet enfant avec un canon de M60 dans la bouche.
Welcome !


PS : Nid de coucou, de David Calvo, est édité aux moutons électriques. A vos risques et périls.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire