09 août 2019

Avril et le monde truqué – Franck Ekinci et Christian Desmares

Dans une uchronie bizarroïde, le monde fonctionne au charbon de bois (et les forêts sont rasées), Napoléon III est toujours empereur (à moins que ce ne soit son fils, j'ai oublié) et les parents d'Avril, une jeune fille débrouillarde dotée d'un chat qui parle – pour une bonne raison, ont disparu.
Ce film d'animation français est très réussi. Design par Tardi, côté Adèle Blanc Sec plutôt que 1ère guerre mondiale, une histoire foldingue bien écrite et un chat qui parle sans donner envie de le flinguer.  C'est foufou, c'est drôle, le récit s'étend de 1870 à 1969, il y a des hommes-lézards et une maison qui marche qui fait clairement référence au méta-bunker de l'Incal, que demande le peuple ?
Celui-là aussi, les enfants l'ont aimé. On n'est pas chez Miyazaki ni chez Ghibli, mais ça reste de la bonne came.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire