17 août 2019

La loterie — Shirley Jackson

Ce recueil de nouvelles m'est arrivé précédé d'une jolie réputation : enthousiasme de Nébal, enthousiasme de la libraire qui, au moment où je soulevais le bouquin, m'a dit combien elle l'avait aimé. Et le fait qu'un des prix littéraires les plus fameux aux USA est le Shirley Jackson award.
La loterie est le premier conte de ce livre, mettant en scène une communauté rurale aux Etats-Unis se rassemblant pour une fête dont on ne comprend que tardivement la nature. L'histoire est si noire qu'elle poussa, à parution, une quantité d'abonnés du New Yorker à se désabonner. Et oui, c'est un récit remarquable.
Le recueil contient une série de courts récits, caustiques, noirs, jouant sur la paranoïa et l'angoisse. Pas vraiment fantastiques, mais jamais très loin. Ils sont efficaces, écrits au cordeau, sans jamais un mot de trop, le mieux qu'on puisse faire dans le domaine de la nouvelle pour magazine (très proches, dans leur registre, de ces récits de Roald Dahl, ou bien de certaines nouvelles de Bradbury, par exemple).
Si l'ensemble des récits est réussi, deux autres textes sortent du lot pour moi : celui de la jeune fugueuse qui reprend contact avec ses parents des années après, et la plus longue nouvelle, celle du couple de vacanciers qui décide de rester une semaine de plus au bord du lac, dont la construction et le niveau d'angoisse m'ont fait penser à certaines ambiances de Stephen King.
Maintenant, au risque de décevoir ma libraire, je n'ai au final pas tellement aimé ce livre. Les textes sont tous techniquement très réussis, mais je les trouve datés. Intéressants en tant que témoins de leur époque et d'un certain goût littéraire, mais plus du tout au goût du jour, ou du moins plus à mon goût.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire